MeltinPost

http://meltinpost.zeblog.com/

Calendrier

« Décembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

IUT

blog des étudiants de l

Blog

Catégories

Derniers billets

Compteurs

Liens

Fils RSS

Dossier IKEA : Environnement

Par IUT :: 13/11/2006 à 21:31 :: IKEA

 

Goutte d’eau

 

dans la bataille ?

 

 

La construction d’un gigantesque centre commercial est-elle compatible avec le respect du cadre de vie des riverains ?

 

 

«Ce sont les futures générations qui vont souffrir de ces conneries de mégalomanes ».

 

 Le point de vue de l’Association  de la défense du cadre de vie de Mougins est clair : « IKEA, c’est non ». La ville de Mouans-Sartoux a toujours souhaité réguler son urbanisation : « nous nous sommes battus pour que ce soit une ville verte », surenchérit une adhérente de l’ADCV. Selon celle-ci, la construction du « Family Village »

sur la ZAC Saint-Martin présente différents inconvénients : l’implantation de panneaux de signalisation autour du site dénaturerait le paysage. La hausse du nombre de véhicules présents dans la zone entraînerait l’augmentation du délestage urbain, mais aussi et surtout l’émission de CO2 : 39 500 tonnes par an (soit en volume 20 millions de mètres cubes par an), estime Daniel le Blay, adjoint au maire de Mouans-Sartoux. « Ce type de centre commercial s’implante généralement dans les banlieues des grandes villes et non dans le centre des petites villes » explique Huguette Gaillard, présidente de l’Association pour la défense de l’environnement et de la forêt. Celle-ci met en avant la démesure du projet. La pénétrante Cannes-Grasse ne peut pas accueillir toute la clientèle que le grand magasin suédois engendrerait. Cette route bouchonne déjà aujourd’hui ! D’autres problèmes sont avancés par Huguette Gaillard : si travaux il y a, il faut craindre des affaissements de terrains et un mauvais écoulement des eaux.

« Oui, mais pas ici ! »

IKEA : un grand entrepôt bleu avec une enseigne jaune. Face aux réticents, ALTAREA, créateur du « Family Village » a développé un argument de choc : l’architecture du magasin doit se fondre dans le paysage de Mougins. Sur le papier, le futur centre commercial séduit. Il semble changer son concept pour s’adapter au défi mouginois. La réponse de l’ADCV est ferme : « peut mieux faire. C’est de la communication, du théâtre. C’est de l’ordre de la séduction et ça compte pour du beurre ».

L'implantation en plein coeur du centre ville pose un réel problème écologique : la pollution atmosphérique. L’association ne se montre pas hostile à tous projets de réhabilitation du site de la ZAC St-Martin : « le terrain est de tout de façon industriel, c’est pour cela que nous ne sommes pas contre l’implantation d’un autre complexe ». Elle même en a déjà proposé sept, dont un village artisanal, des logements sociaux, un centre culturel ou encore un lycée hôtelier de type « Kyoto » (énergie solaire etc.). Tous refusés.

Une ville verte

André Aschieri, maire de Mouans-Sartoux, se bat pour faire de sa commune un village « vert » : cimetières paysagers, école verte, tout est conçu pour préserver l’harmonie. « Des gens vont venir tout gâcher au nom du profit », s’inquiète la responsable de l’ADNEF. L’écologie semble une bataille perdue d’avance. « En ce qui concerne le travail que l’on fait pour l’environnement, nous sommes découragés » poursuit Mme Gaillard. Quel poids donner à des associations quand une « guerre » plus souterraine, d'ordre politique, mène la danse ? Même au niveau environnemental, langue de bois et désinformation vont bon train. Quand les opposants au projet annoncent dix mille véhicules quotidiennement et trente mille en période des soldes, les partisans se veulent rassurants : pas plus de trois mille véhicules ne se déplaceront par jour. Les arguments concernant l’écologie ne pèsent guère dans une bataille qui reste éminemment politique. Ce n’est pas la goutte d’eau qui fera déborder le vase.

CHARLOTTE ARRIGONI

EMMANUELLE ARNAU

FLORIANE BLÉAS

 

 

 

 

Bleu, jaune ... et vert ?

 

 

Dans l'esprit de sa politique écologique ambitieuse, la firme IKEA se décrit comme une société

 

responsable utilisant ses  ressources « avec sagesse ». Dans l’imaginaire collectif, IKEA jouit d’une image « écolo ». Elle n’utilise pas le bois de forêts préservées, imprime ses catalogues sur « du papier blanchi sans chlore » contenant « au moins 10 à 15% de matériaux recyclés », un catalogue plus diffusé que la Bible. Ikéa propose aussi en caisse des sacs biodégradables.

Les racines suédoises de la multinationale contribuent probablement à cette vision d’une entreprise citoyenne modèle. Pourtant, que penser d’une firme qui dit se sentir concernée au plus haut point par la question environnementale et qui incite par ailleurs à la surconsommation ? IKEA, c’est ça : acheter, apprécier et jeter. Puis, de nouveau acheter (chez IKEA de préférence), le tout si possible en un temps réduit. En offrant la possibilité aux familles de changer leurs intérieurs à volonté et surtout à petits prix, IKEA s’impose comme le modèle dominant de la société de consommation : on n'en ressort jamais les mains vides !

Poudre aux yeux

Miser sur le développement durable est aujourd’hui une réalité économique. IKEA l’a compris en 1981. Eclaboussée par un scandale, ses ventes ont chuté de 20% au Danemark. Une enquête avait mis à jour une « présence importante de substances toxiques et polluantes » (*) dans la production de certains produits provoquant des allergies diverses : irritations des yeux, eczéma, urticaire, etc.

Depuis cet incident, la firme mise sur l’environnement : en 2000, elle a édité un catalogue, l’IWAY. Celui-ci présente l'engagement d'IKEA sur l’environnement et sur les conditions de travail de l'entreprise. Elle s’associe fréquemment à des projets avec des associations reconnues telles que l’UNICEF ou WWF. De la poudre aux yeux ? Difficile à vérifier. La politique environnementale  d’IKEA est à prendre avec des pincettes. En bois bien sûr.

 

FLORIANE BLÉAS

(*) Voir O. Bailly, D. Lambert et J.-M.

Caudron, IKEA : un modèle à démonter,

éditions Luc Pire, 2006, Bruxelles.

 

Infos

Médiathèque de Mouans-Sartoux

15 décembre, 18h, conférence

animée par Denis Lambert autour

de son livre IKEA : un modèle à

démonter. Gratuit.

 Un marketing "naturel" ?

  Photo montage F.B

 


 

Site archéologique ?

Le site d’IKEA pourrait abriter un patrimoine historique. C'est en tout cas ce qu'affirme le dossier de presse des opposants au projet. Il y a 19 ans déjà, le directeur des antiquités du ministère de la culture,

Jean Guyon, aurait écrit au maire de Mougins : « un important site archéologique romain et médiéval est présent au lieu-dit Château Currault. Tout doit être mis en oeuvre pour assurer la protection du patrimoine enfoui ». Dans une lettre adressée au président du groupe Altarea, André Aschieri, enfonce le clou : « le château de Currault lui-même est un témoignage rare de l’architecture du XVIIème siècle et doit être protégé ». Si cette information est exacte, elle pourrait jouer un rôle non négligeable dans la bataille.          

                                                                                                                                                 C. A. & E. A. 

 

 

Trackbacks

Pour faire un trackback sur ce billet : http://meltinpost.zeblog.com/trackback.php?e_id=104982

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo :


Email (facultatif) :


Site Web (facultatif) :


Commentaire :


 
Copyright © MeltinPost - Blog créé avec ZeBlog